Article – Je m’aime, donc nous sommes !
cygne reflet

Article – Je m’aime, donc nous sommes !

Amour de soi

Dans le couple, l’amour de soi précède l’amour de l’autre. Etre centré sur moi ? Non ! Lâcher prise, regarder en face un passé révolu, identifier où sont mes points de rupture, mes fragilités, mes vulnérabilités, et les assumer : voilà l’étroit chemin à emprunter.

En somme, il s’agit de quitter mon enfance en mettant à profit ma capacité de compréhension et de changement et d’embrasser – même après l’heure ! – ma vie d’adulte, afin de trouver un apaisement à mon propre conflit intérieur.

Conflit intérieur

Ce conflit intérieur, c’est la tragédie d’un passé que je n’accepte pas, c’est cette pièce de théatre que je cherche à rejouer sans cesse au présent, mais avec d’autres acteurs, pour enfin atteindre le « happy end » que je n’ai pas vécu par le passé. A son insu, le couple d’aujourd’hui se retrouve être la scène de règlement de comptes appartenant au passé et dont aucun des partenaires n’a réellement conscience. (Par exemple, les conflits de pouvoir qui nous opposent à notre conjoint peuvent être la transposition exacte de ce qui nous opposait à notre père. Ou encore, la colère du conjoint peut réactiver la peur que suscitait en nous la violence de nos parents.)

Distance

Certes, devant des difficultés mineures, les empreintes du passé s’effacent aisément. Cependant, quand aucun des conjoints ne parvient à prendre le recul nécessaire pour faire la part des choses, comment faire ? Un travail individuel peut ouvrir un parcours au cours duquel je comprends et je prends une distance intérieure, où je sors de la haine envers moi-même, de la stérile amertume envers mes parents, où je suis restauré dans ma dignité s’il y a eu des abus quels qu’ils soient.

Soin de soi, soin de l’autre

En veillant ainsi à mon développement intérieur, en m’efforçant d’être à l’écoute de mes désirs et de ce « là où est la vie pour moi », je peux alors dans un second temps prendre soin de l’autre, avoir le souci de sa croissance, et aller explorer ma relation conjugale, en déceler les interactions, la dynamique, les codes et les repenser. Bref : continuer d’aimer.