Article – Q comme … conscience
conscience cerveau

Article – Q comme … conscience

Plan Q

Oui, un couple c’est fragile. On rechigne d’ailleurs à le créer, ce couple. Le sex-loisir permet de ne pas s’engager dans une relation, de faire court et sans baratin. C’est simple comme un chat-on-line, clair et facile d’accès. Plus régulier que le P lan Q Occasionnel, le PQR prolonge la relation sexuelle, gagne en sérieux, toutefois sans promesse engageante, car il n’est pas fait pour durer. On se voit, on couche ensemble, on passe de bons moments, pour un niveau minimal de satisfaction, où la fidélité est promise … pour l’instant.

Peurs

Mais que craignent donc les aventuriers de l’an 3000 ? La pression (on n’en veut pas : il y en a assez dans le monde professionnel, ou dans l’entourage proche), la perte de la liberté individuelle (vivre ma vie personnelle et amicale sans entrave), la prise de tête… C’est trop tôt, on n’est pas prêt à dire ses sentiments, ou à penser « projet de couple ». On est juste bien avec elle/lui.

A nu

Prendre le temps de découvrir l’autre de manière intime et longue, c’est aussi risquer la déception et la souffrance. C’est s’exposer à ses fragilités et aux siennes propres, affronter le principe de réalité, atterrir parfois violemment sur Mars ou Vénus. Entamer une relation impliquante, c’est accepter de dévoiler ses sentiments à l’autre et … se mettre à nu…

Reconnexion

L’enfant n’est pas la priorité, mais s’il arrive ? Il dit le lien qui a uni les deux partenaires le temps d’une rencontre, il oblige l’amour à se dire et à se définir entre eux… ou non. Il provoque chez les partenaires une prise de conscience souvent douloureuse. La route est longue pour questionner le lien et reconnecter désir sexuel, émotions et sentiments.

Et au bout du tunnel, il y a une issue : la paix avec soi-même et avec le partenaire.